dernier numéro

VOL XXIII No.6 Agriculture de proximité: un engagement social

French Toast et peines perdues 
André Dédé Vander

Musique

French Toast et peines perdues 
André Dédé Vander

9 mars 2012 par 

Voilà bien longtemps que nous l’attendons ce nouvel album de Vander, et l’attente aura valu la peine. C’est un véritable album de chansons que nous offre ici le bassiste et chanteur André Vanderbiest. Après avoir roulé sa bosse sur la scène dub/reggae sous le nom de Bass ma Boom pendant quelques années, nous retrouvons ici le Vander de La Maladresse (Dehors Novembre, Les Colocs) dont il nous présente ici une nouvelle version au piano. French Toast et peines perdues (2012), enregistré entre Montréal et Mont-Louis, est un album tout en lenteur et en subtilités, qui laisse respirer la musique et prend le temps de nous faire ressentir des textures musicales choisies. C’est un alliage complexe mais jamais surchargé de guitare, de piano, de guimbarde, de mandoline, de mélodica, et j’en passe, au centre duquel il y a une voix et une basse. Le résultat est profond. Les échos et multiples effets montrent que Vander n’a pas renié ses affiliations dub et électro, mais la proposition est ici un peu plus « tomwaitienne », une influence qui lui va comme un gant. Des prises de son qui respirent le bois et la proximité donnent aussi un côté folk à tout ça. Les textes sont précis, parfois chantés, parfois déclamés, d’une voix singulière assumée. Vander fredonne des amours et des amis perdus, autant qu’il invective avec rythme et finesse. Sa chanson sur les artistes engagés est, à ce titre, des plus mordantes : « On s’engage, on s’engage, jusqu’au bas de la page / Tout en postillonnant sur la face du miroir / On débat de la paille dans l’œil du voisin, focussé sur le spot qui fait vendre ta crotte ». En magasin le 14 mars. En spectacle à Rimouski le 4 avril.

Consultez le journal au format numérique
Visionner

Consultez le calendrier culturel du Girafe