Révolution culturelle ou Révolution tranquille...

Révolution culturelle ou Révolution tranquille...

4 mai 2010 par 

Le ministre des Finances, Raymond Bachand, dit entreprendre une Révolution culturelle pour solutionner le sous-financement des universités et de la santé. À mon avis, c’est une culture de la révolte qu’il récoltera…

Il a entrepris une consultation prébudgétaire auprès d’économistes, mais c’est une consultation bidon. J’aurais pu vous donner leur réponse avant de les entendre, puisque certains d’entre eux s’étaient déjà prononcés sur la place, étant des « Lucides » à Lucien.

Je pense que le ministre Bachand a cherché la réponse qu’il voulait entendre.

Pour arriver à ce constat, lesdits économistes comparent les frais de scolarité du Québec et ceux des autres provinces canadiennes. Constat, les étudiants québécois paient moins…

Mais ils paient beaucoup moins aussi que les étudiants de Princetown, de Harvard et du M.I.T. aux États-Unis.

Mais ils paient beaucoup plus que les étudiants français, les étudiants belges et ceux de certains pays scandinaves.

Il m’apparaît que le ministre Bachand fait peser le problème des finances publiques sur l’éducation et la santé.

Il fait fausse route : la lourdeur du déficit actuel est causée conjoncturellement par la crise financière. Même l’Alberta verse dans le déficit budgétaire.

Comme la dette est le cumul des déficits antérieurs, il nous faudrait en comprendre l’origine pour prendre les mesures adéquates.

Le sous-financement des universités et de la santé, c’est une autre question…

Voulons-nous les financer comme les autres provinces canadiennes et les États-Unis, ou comme certains pays européens ?

L’éducation est-elle une dépense ou un investissement ?

Pour répondre à cette question, il faut passer d’une consultation bidon à une concertation qui permettra de dégager un consensus…Une autre Révolution tranquille peut-être…

Consultez le journal au format numérique
Visionner

Consultez le calendrier culturel du Girafe